Direkt zum Hauptinhalt springen Direkt zum Hauptmenü springen

Signa­ture de la décla­ration des par­lements du trio de présidences

Le champagne est resté au frais. Ni accolade, ni même une vigoureuse poignée de main : il n’y aura eu qu’un simple signe de la main en direction de la caméra. La signature de la déclaration commune des parlements d’Allemagne, du Portugal et de Slovénie « en vue de la réalisation de la dimension parlementaire du trio de présidences du Conseil de l’Union européenne » a eu lieu le lundi 29 juin 2020 au format réduit de visioconférence, pour cause de coronavirus. Le président du Bundestag, Wolfgang Schäuble (CDU), et le président du Bundesrat, Dietmar Woidke (SPD), ministre-président du Land de Brandebourg, se sont retrouvés dans le décor plutôt sobre de la petite salle du protocole du bâtiment du Reichstag, d’où ils se sont connectés avec le président du Parlement portugais, Eduardo Ferro Rodrigues, depuis Lisbonne, et avec le président de l’Assemblée nationale slovène, Igor Zorčič, et le président du Conseil national slovène, Alojz Kovšca, depuis Ljubljana.

Participation des parlements à la conférence sur le futur de l’Europe

Dans la déclaration du trio – l’Allemagne prend la présidence du Conseil de l’UE jusqu’à la fin 2020, et sera suivie par le Portugal au premier semestre et la Slovénie au deuxième semestre de 2021 –, les parlements se sont accordés sur des projets et objectifs communs pour les 18 prochains mois. Ils souhaitent notamment rendre l’UE plus compétitive et plus apte face aux défis du futur, ne pas accroître les différences, mais les réduire. Les présidents des parlements accordent également une importance à la conférence sur le futur de l’Europe qui est envisagée, à laquelle il convient selon eux de garantir la participation directe des parlements nationaux.

Les parlements du trio de présidences soutiennent les efforts de la Commission européenne pour parvenir, grâce à un nouveau pacte sur la migration et l’asile, à un succès dans la réforme du droit d’asile européen ; ils proposent à cet égard la réunion d’une conférence de haut niveau sur la migration et l’asile en Europe. Le projet d’œuvrer pour la paix et la sécurité sur le continent africain s’inscrit thématiquement dans cette optique.

Wolfgang Schäuble : nous devons pousser les gouvernements à saisir la crise comme une chance

La pandémie de coronavirus et ses conséquences placent le trio de présidences devant des défis d’une difficulté exceptionnelle, a déclaré le président du Bundestag, Wolfgang Schäuble, lors de l’entretien avec les présidents des parlements. Pour surmonter la crise en Europe, non seulement la coopération entre les gouvernements, « mais aussi la coopération entre les parlements est particulièrement importante », a estimé Wolfgang Schäuble. Ce sont en définitive les parlements qui doivent pousser leurs gouvernements respectifs à saisir la crise disruptive d’aujourd’hui comme une chance « pour concevoir une Europe plus innovante, plus résiliente, plus souveraine dans le domaine technologique et agissant en front uni à l’extérieur ».

Le trio de présidences sera aussi jugé, selon le président du Bundestag, « à l’aune de notre capacité à porter ensemble des initiatives politiques au cours des 18 prochains mois ». Admettant qu’il n’y avait pas de position uniforme au sein du trio quant à la question de possibles modifications des traités, Wolfgang Schäuble a plaidé pour que l’on « parle ouvertement des différentes possibilités et ambitions ».

Dietmar Woidke : le Bundesrat veillera au renforcement des régions et au principe de subsidiarité

Le président du Bundesrat, Dietmar Woidke, a affirmé que l’Allemagne, le Portugal et la Slovénie « forment un bon trio ». Il y a plusieurs raisons à cela : l’Allemagne, en tant que membre fondateur, fait partie de l’UE depuis ses débuts ; le Portugal l’a rejointe dans les années 1980, dans ce qu’on a appelé l’élargissement au sud, et enfin la Slovénie est devenue membre au début du 21e siècle, lors du grand élargissement vers l’Europe centrale et orientale. « Nous apportons ainsi dans l’UE des histoires et des traditions très variées », affirme Dietmar Woidke. À cela s’ajoute selon lui une expérience très importante, qui réunit les trois pays : « Nous avons vaincu des systèmes non démocratiques – même s’ils étaient très différents – et des dictatures, et nous avons trouvé dans l’Europe une patrie de la liberté, du droit et de la démocratie ».

En sa qualité de représentant des 16 Länder allemands, a poursuivi M. Woidke, l’enracinement régional de l’Europe lui tient très particulièrement à cœur. « En tant que Bundesrat, nous veillons tout spécialement au renforcement des régions et au principe de subsidiarité », a-t-il précisé. On ne le fait pas seulement en Allemagne, « mais pour les régions dans toute l’Europe ».

Le président Rodrigues réclame de la « clairvoyance politique »

Le président du Parlement du Portugal, Eduardo Ferro Rodrigues, a souligné que la déclaration du trio formulait la réaction européenne face à la pandémie de coronavirus. Une mission transversale est devant nous, et pour en venir à bout, il faudra faire preuve de clairvoyance politique. M. Ferro Rodrigues a indiqué comme l’un des objectifs importants la reconduction de la libre circulation dans l’espace Schengen.

De grands efforts ont déjà été exigés de la part de son pays lors de la crise financière de 2007/2008, selon le président du Parlement portugais. Il est parvenu à assainir ses finances, de sorte qu’il a pu se ménager une certaine marge d’action dans la crise actuelle. Le Portugal a dégagé un excédent budgétaire en 2019. En novembre 2019 encore, la Commission européenne avait annoncé une croissance de 1,7 pour cent pour le Portugal pour 2020. Actuellement, le pays table sur une diminution de six pour cent de son produit intérieur brut.

Plus la pandémie durera, plus les conséquences macroéconomiques seront importantes, selon M. Ferro Rodrigues. Le Fonds de relance européen peut contribuer à créer des conditions équitables pour les États.

Igor Zorčič : la crise du coronavirus ne peut interrompre le processus d’élargissement

Du point de vue d’Igor Zorčič, président de l’Assemblée nationale slovène, l’implication des parlements confère « plus de légitimité » aux décisions de l’UE. Concernant la communication par visioconférence en raison du coronavirus, il a affirmé que le dialogue avec les technologies modernes était préférable à l’absence de dialogue. Il est vrai aussi que l’on a inscrit dans la déclaration que l’on entendait promouvoir l’utilisation des technologies numériques. M. Zorčič a indiqué clairement que la Slovénie soutenait le processus d’élargissement aux pays des Balkans occidentaux. La crise du coronavirus ne saurait interrompre ce processus, a-t-il réclamé.

Alojz Kovšca : les États des Balkans occidentaux sont « dans la salle d’attente de l’UE »

Le président du Conseil national slovène, Alojz Kovšca, a ajouté que ces États étaient actuellement dans la salle d’attente de l’UE. Il doit leur être donné la possibilité de participer de manière productive à l’Europe. M. Kovšca s’est dit convaincu que les pays des Balkans occidentaux peuvent apporter une contribution importante à l’UE, par exemple dans le domaine de la sécurité alimentaire.

Après la signature de la déclaration – chacun de son côté, dans sa capitale –, M. Schäuble a exprimé quelques regrets. « Nous aurions volontiers voulu vous accueillir ici, au Reichstag de Berlin. Ç’aurait été le moment du champagne... », a ajouté le président du Bundestag. (hau/ 29/06/2020)

00:01:48
Signature de la déclaration du trio par les présidents des parlements le 29.06.2020

En raison de coronavirus, la signature de la déclaration commune des parlements d’Allemagne, du Portugal et de la Slovénie « pour la réalisation de la dimension parlementaire du trio de présidences du Conseil de l’Union européenne » a eu lieu lundi le  29 juin 2020 dans un format réduit de visioconférence.


Der­nières nou­velles