Direkt zum Hauptinhalt springen Direkt zum Hauptmenü springen

Angela Merkel tire le bilan de la présidence du Conseil de l’UE : sans compromis, il n’y a pas d’avancées

Gunther Krichbaum, président de la commission des affaires de l’Union européenne au Bundestag, a réitéré sa demande de participation des parlements nationaux à la prochaine conférence sur l’avenir de l’Europe « sur un pied d’égalité » avec le Parlement européen. Durant la réunion de la Conférence des organes parlementaires spécialisés dans les affaires de l’Union des parlements de l’Union européenne (COSAC) qui s’est tenue le lundi 30 novembre 2020, Gunther Krichbaum a affirmé, lors de la discussion avec la chancelière fédérale Angela Merkel sur le bilan de la présidence allemande du Conseil, qu’il ne pouvait pas être définitivement exclu que des modifications soient apportées aux traités européens. Le débat était animé par le président de la commission des questions de l’Union européenne du Bundesrat, Guido Wolf.

Angela Merkel refuse tout jugement préétabli sur une modification des traités

La chancelière fédérale elle non plus ne veut pas exclure une modification des traités. Il ne doit pas y avoir de jugement préétabli – ni pour une modification, ni contre – a-t-elle déclaré. La conférence doit aborder « ce qui est important pour les gens », souligne Angela Merkel. Dans la pandémie, par exemple, il est apparu qu’une coordination en matière de politique sanitaire était importante. La question est de savoir si, pour cela, des compétences doivent être confiées à l’UE ou si cette coordination peut être obtenue dans le cadre de l’échange entre États membres. Dans la première des hypothèses, « nous avons besoin d’une modification des traités ». Cependant, c’est aux États qu’il appartient d’en décider, au niveau national. 

Le bilan qu’a dressé la chancelière – qui n’est selon elle qu’un bilan intermédiaire, « car nous travaillons jusqu’au dernier jour » – a couvert un grand arc thématique comprenant, au-delà de la pandémie de coronavirus, des sujets de politique étrangère – comme le rapport de l’UE avec la Chine ou avec la Turquie –, l’asile et la migration, la politique climatique, mais aussi le Brexit.  En ce qui concerne les négociations entre l’UE et le Royaume-Uni, Angela Merkel a encore l’espoir qu’elles arrivent « à bonne fin ». Même si un accord sur le Brexit est dans l’intérêt de tous, il ne doit pas se faire « à n’importe quel prix », a-t-elle clarifié. 

Le fonds de relance en réponse à la pandémie de coronavirus 

La chancelière fédérale a évoqué le fonds de relance décidé par le Conseil européen en réponse à la pandémie de coronavirus, « un événement qui marquera notre siècle ». En raison des réserves de la Pologne et de la Hongrie concernant l’imposition de conditions de respect de l’état de droit, les fonds ne peuvent toutefois pas encore être versés. « Nous nous efforçons de trouver une solution, car ce serait un signal très important », a-t-elle répondu aux députés qui lui demandaient de trouver une issue rapide afin que les financements soient débloqués. Cela ne sera toutefois pas simple. La chancelière a parlé d’une « quadrature du cercle », car il faut l’unanimité au Conseil européen. « Sans compromis, on n’y arrivera pas », a-t-elle ajouté. 

Toujours à propos de compromis : sans lui, il n’y a pas d’avancées non plus dans la relation avec la Turquie ou avec la Chine, selon la chancelière. Elle ne partage cependant pas la demande soulevée par plusieurs députés, selon laquelle l’UE doit repenser et revoir fondamentalement son rapport avec la Chine. La question de la démocratie et du respect des droits de l’homme a toujours joué un rôle dans les relations avec la Chine, observe Angela Merkel. L’Allemagne, par exemple, entretient depuis de nombreuses années un dialogue sur les droits de l’homme avec la Chine. Si l’on regarde le développement économique de la Chine, on doit constater que le pays est devenu « un acteur économique de première importance dans le monde ». Il est donc « dans notre propre intérêt » d’avoir autant que possible de bonnes relations. La chancelière a en outre rappelé que des accords internationaux – sur la protection du climat, par exemple – dans lesquels la Chine n’est pas impliquée ont peu de poids. 

La Turquie mérite du respect pour l’accueil des réfugiés, selon Angela Merkel

Interpellée par des membres chypriotes et grecs de la COSAC au sujet du comportement « agressif » de la Turquie, la chancelière a admis que les activités turques en Méditerranée avaient « un caractère hautement provocateur ». Cela sera l’un des sujets du prochain Conseil européen des 10 et 11 décembre 2020, a-t-elle annoncé. Mais pour Angela Merkel, il y a aussi « un autre aspect ». La Turquie est le pays « qui, dans le monde, a accueilli le plus grand nombre de réfugiés ». Si l’on observe les difficultés que l’UE éprouve face aux questions liées à la migration, « la Turquie mérite un grand respect pour ce qu’elle accomplit dans ce domaine ». La chancelière s’est dite favorable à poursuivre le soutien de la Turquie dans ce domaine.

Lutte contre les passeurs

Cette question l’a amenée à aborder le sujet également très discuté de l’asile et de la migration. Ici aussi, il est difficile d’obtenir des avancées au niveau européen. « Je crois cependant que le paquet proposé à cet égard par la Commission européenne cible les bonnes questions et missions à remplir », affirme Angela Merkel. Elle a demandé de la solidarité et de l’aide aussi bien pour les États de première arrivée que pour les États de destination de la migration intérieure des réfugiés. La clé de voûte de tout le dispositif est la lutte contre les passeurs. « Nous y réussirons au mieux si nous pouvons raccompagner dans leurs pays d’origine les migrants n’ayant pas de droit au séjour, qui viennent uniquement pour des motifs économiques ». Dans le même temps, il faut prévoir davantage de possibilités d’obtention d’un titre de séjour – par exemple pour des études ou un apprentissage.

Protection du climat : l’objectif de 55 pour cent de réduction du CO2soutenu par l’Allemagne

L’objectif proposé par la Commission européenne de réduire de 55 pour cent les émissions de CO2à l’horizon 2030 sera également abordé lors du Conseil européen. Même si cela requiert des efforts, l’Allemagne soutient cet objectif, fait savoir la chancelière, qui se prononce à cet égard en faveur d’une extension du système d’échange de quotas d’émission. « Mais nous devons aussi penser à notre capacité industrielle », ajoute-t-elle, en demandant que les règles imposées soient réalisables. Eu égard à la crise actuelle, il ne faut pas que des industries importantes comme la construction de machines ou l’industrie automobile soient contraintes à une transformation « qu’elles ne supporteront pas ». 

Guido Wolf, président de la commission des questions de l’Union européenne du Bundesrat, a remercié la chancelière Angela Merkel pour son exposé très complet. Il lui a souhaité beaucoup de chance et de succès pour les négociations à l’approche de la ligne d’arrivée de la présidence allemande du Conseil. (hau/01.12.2020)

Vous trouverez ici le compte rendu des sessions I et II.

Vous trouverez ici le compte rendu de la session IV.

Vous trouverez ici le compte rendu de la session V.

Vidéos de la réunion virtuelle de la Conférence des or­ganes par­le­men­taires spé­cia­li­sés dans les af­faires de l’Union des par­le­ments de l’Union eu­ro­pé­enne les 30.11.2020 et 01.12.2020

00:05:31

Film de la COSAC virtuelle

Retrouvez ici en bref les thèmes principaux de la réunion virtuelle de la Conférence des or­ganes par­le­men­taires spé­cia­li­sés dans les af­faires de l’Union des par­le­ments de l’Union eu­ro­pé­enne (COSAC), or­ga­ni­sée par le Bun­des­tag al­lemand en co­opéra­tion avec le Bun­des­rat du 30 Novembre et du 1er décembre 2020

Informations complémentaires ici.


Téléchargement
  • Type de média Vidéo
  • Format MP4

Vidéos de la réunion virtuelle de la Conférence des or­ganes par­le­men­taires spé­cia­li­sés dans les af­faires de l’Union des par­le­ments de l’Union eu­ro­pé­enne

00:05:31

Film de la COSAC virtuelle

00:00:57

Gunther Krichbaum lors de la con­fé­rence « COSAC virtuelle »

00:01:38

Thomas Hacker lors de la con­fé­rence « COSAC virtuelle »

    Der­nières nou­velles

    En route pour Lisbonne. Passage de témoin par la vice-présidente du Bundestag Dagmar Ziegler

    De jeunes artistes exposent pour l’Europe au Bundestag

    Conférence sur l’évaluation des activités d’Eurojust le 1er décembre 2020 à Bruxelles