Direkt zum Hauptinhalt springen Direkt zum Hauptmenü springen

Six mois riches en idées allemandes pour l’Europe

C’est en pleine crise du coronavirus que l’Allemagne prendra, à partir du 1er juillet et pour six mois, les rênes de l’une des institutions les plus importantes de l’Union européenne. Nous vous indiquons ici ce que cela signifie exactement, les idées qui marqueront la présidence allemande et ce que le Bundestag prévoit à ce sujet.

À partir du 1er juillet et pendant 6 mois, l’Allemagne aura plus à dire que d’habitude dans l’Union européenne (UE). Elle assumera en effet la présidence du Conseil de l’UE et dirigera et animera donc les réunions du Conseil de l’Union européenne et toutes les activités liées à la préparation de cette mission.

Le Conseil de l’UE est extrêmement important, c’est aussi quelque chose de très particulier. Pour se le représenter, on peut imaginer une grande table ronde autour de laquelle se succèdent des responsables politiques différents. Une fois, ce sont les ministres de l’Environnement des 27 États membres qui y siègent, une autre fois les ministres de l’Économie, une autre fois encore les ministres des Affaires sociales, et ainsi de suite. C’est pourquoi le Conseil est également appelé « Conseil des ministres ».

Ce qui se passe autour de cette table ronde influence la vie de chacun d’entre nous.  En effet, tous les ministres participant aux réunions du Conseil sont habilités « à engager l’action de leur gouvernement sur les points convenus lors des réunions ». Le Conseil, qui est l’un des sept organes de l’Union européenne, prend donc des orientations importantes.

La présidence tournante de l’Union européenne est assurée pendant six mois par un des États membres. C’est l’occasion pour le pays qui assume cette responsabilité de faire preuve d’initiative et de leadership politique. La présidence du Conseil donnera à l’Allemagne la possibilité d’inscrire ses idées et ses objectifs à l’ordre du jour de l’UE, au moment précis où l’Europe est exposée à de fortes pressions en raison du coronavirus et de nombreux autres problèmes.

Une présidence tripartite

Le Conseil de l’UE est dirigé par ce que l’on appelle le « trio des présidences » : comme lors d’une course de relais, chacun des trois pays passe le témoin au membre de l’équipe suivant. Dans l’équipe qu’elle compose avec le Portugal et la Slovénie, c’est l’Allemagne qui commencera. Le Portugal prendra le relais de janvier à juin 2021, la Slovénie de juillet 2021 à décembre 2021. Le trio suivant, composé de la France, de la République tchèque et de la Suède, entrera en fonctions en janvier 2022.

Chaque trio formule un cadre, composé d’objectifs à long terme et de questions importantes qu’il entend traiter pendant les dix-huit mois de son mandat. Chacun des trois pays présente à son tour un plan détaillé pour la période de six mois où il exercera la présidence.

L’environnement, les finances, la famille

Nous l’avons vu, ce sont toujours les ministres compétents pour un domaine précis qui se réunissent et l’Allemagne pourra donc proposer ses idées dans chacun de ces conseils des ministres techniques. En effet, le ministère de la Famille a, tout naturellement, d’autres projets que les ministères des Finances ou de l’Environnement, par exemple.

Uwe Finke-Timpe, chef de la division Politique européenne et internationale en faveur de la Jeunesse au ministère de la Famille, a ainsi souligné que son ministère interviendrait en faveur d’une image positive de l’Europe. M. Finke-Timpe a indiqué que le ministère entendait ainsi se démarquer des tendances actuelles, qui privilégient plutôt les politiques nationales aux dépens de solutions communes. Selon lui, un autre objectif est de faire progresser les trois thématiques principales de la stratégie de l’UE en faveur de la jeunesse.

Le programme de travail du ministère de l’Intérieur et du Territoire prévoit par exemple que le « gouvernement fédéral entend mettre un accent particulier sur la lutte contre le terrorisme, en particulier le terrorisme de droite, ainsi que contre les crimes de haine et l’antisémitisme ».

De cette manière, l’Allemagne pourra faire progresser des thématiques dans de nombreux domaines de l’action politique. Lors d’une séance de questions au Bundestag allemand fin 2019, la chancelière Angela Merkel a en outre annoncé que l’Allemagne proposerait un sommet UE-Afrique pendant sa présidence du Conseil.

Ce qu’il faut aussi savoir

Outre la présidence des réunions du Conseil, l’Allemagne assumera d’autres missions pendant les six prochains mois : elle représentera le Conseil vis-à-vis des autres acteurs de l’UE, qui portent l’appellation officielle d’« organes de l’Union européenne », essentiellement vis-à-vis de la Commission et du Parlement de l’Union européenne.

Cette mission exige de coopérer étroitement avec d’autres instances importantes de l’UE, en l’occurrence le président du Conseil européen et le haut représentant de l’Union européenne pour la politique extérieure et de sécurité. Pendant la présidence de l’Allemagne, ces fonctions seront exercées par le Belge Charles Michel et l’Espagnol Josep Borrell.

En outre, l’Allemagne pourra épauler le haut représentant en assumant certaines de ses tâches.

Que signifie la présidence du Conseil de l’UE pour le Bundestag ?

Le Bundestag participe, lui aussi, à la présidence du Conseil. Il accueillera toute une série de conférences réunissant des parlementaires des 27 États membres de l’UE sur des thèmes qu’ils estiment d’une actualité brûlante. En raison de la crise du coronavirus, ces rencontres auront lieu, au moins jusqu’à fin septembre, non en présentiel au Bundestag, mais par visioconférence. Cela constituera un défi technique, car les conférences seront traduites en plusieurs langues par des interprètes simultanés. Pour que tout se passe bien, le Bundestag a créé dès janvier 2019 une « cellule d’organisation Présidence du Conseil UE ».

Réunions sur le coronavirus, le changement climatique et les questions sociales

Le coup d’envoi a été lancé le 27 mai lors d’une conférence virtuelle qui a réuni le président du Bundestag, Wolfgang Schäuble, les présidents de tous les groupes parlementaires du Bundestag, le Parlement européen et ses groupes. D’autres conférences sont prévues. Certaines seront des conférences ordinaires qui ont lieu pendant chaque présidence du Conseil, comme la réunion des responsables de la politique extérieure et de sécurité ou celle des responsables des politiques budgétaire, financière et économique, par exemple.

Trois autres réunions, en revanche, auront lieu à l’initiative du Bundestag, pour mettre en avant des sujets qui tiennent particulièrement à cœur aux députés de la commission des Affaires de l’Union européenne : une conférence sur le coronavirus et sur les enseignements que l’Europe peut tirer de cette crise pour en sortir renforcée, une autre consacrée au changement climatique et à une politique agricole commune de l’UE et une sur « L’Europe sociale ».

Les conférences seront retransmises en direct sur Internet et vous pourrez donc aussi les suivre sur votre écran. La communication sera complétée par un canal Twitter.

Der­nières nou­velles