Direkt zum Hauptinhalt springen Direkt zum Hauptmenü springen
L’inauguration de l’Infomobile de la dimension parlementaire

Claudia Roth inaugure l’Info­mobile

Il est plutôt petit, a quatre roues, un grand écran et il se déplace à l’électricité, avec zéro pour cent d’émissions. Ce dernier aspect réjouit bien sûr tout particulièrement une élue des Verts, comme le fait remarquer la vice-présidente du Bundestag, Claudia Roth, lors de l’inauguration de l’Infomobile de la dimension parlementaire de la présidence allemande du Conseil de l’UE, le mercredi 1er juillet 2020.

Une joie, un honneur et un privilège pour celle qui se présente comme « Souabe et Européenne »

C’est pour elle une joie, un honneur et un privilège de pouvoir inaugurer l’Infomobile à cette date importante du 1er juillet 2020. Pour celle qui se présente comme « Souabe et Européenne », c’est un moment émouvant de voir l’Allemagne reprendre la présidence du Conseil de l’UE après 13 ans. Même si le grand public perçoit principalement la présidence du Conseil comme un sujet pour les gouvernements, elle veut montrer, en tant que parlementaire passionnée, qu’une telle présidence du Conseil a également une dimension parlementaire importante. « En tant que Bundestag, au cœur de notre démocratie, nous accueillons les parlements nationaux et nous voulons les rapprocher et approfondir leurs liens », affirme-t-elle.

Refonder la solidarité européenne

L’Infomobile atteste aussi, poursuit Mme Roth, que l’on veut sortir de son pré carré. « Nous cherchons le dialogue, nous cherchons la discussion critique et constructive, car les défis qui nous attendent sont immenses, et sont mondiaux ». L’Allemagne prend la présidence du Conseil dans un moment extrêmement difficile. Les conséquences de la pandémie de coronavirus doivent être combattues alors même que l’on n’en connaît pas encore l’ampleur – qu’elles soient économiques, sociales ou écologiques. Dans cette crise, il est important de refonder la solidarité européenne. La vice-présidente du Bundestag se dit heureuse qu’il y ait à ce sujet un large consensus.

La crise climatique ne s’arrête pas

Mme Roth rappelle aussi que « la crise climatique ne s’arrête pas, simplement parce qu’il y a une pandémie ». Au contraire, cette crise devient de plus en plus une question de survie. « Durant la présidence du Conseil, il s’agira également de montrer que l’accord de Paris n’est pas juste une formule sans lendemain, et que l’on doit se mettre à l’œuvre pour atteindre les objectifs de durabilité », a ajouté l’élue écologiste. La crise du coronavirus ne peut avoir pour effet « de renvoyer au second plan la transformation écologique ».

La présidence du Conseil est aussi marquée – à un moment où le nombre de ceux qui défient l’État de droit s’accroît – par la responsabilité à l’égard de l’État de droit et de la démocratie. « Nous devons faire front, en tant qu’Europe, pour la démocratie, les droits humains, les droits civils, pour le respect et la préservation du droit international ». Et cela, poursuit-elle, précisément dans un monde où l’on observe l’érosion du droit international et des droits humains.

Bâtir des ponts, là où d’autres érigent des murs

Claudia Roth déplore – et ce serait selon elle un motif pour une minute de silence – « que nous prenions la présidence du Conseil sans la présence de nos amies et amis britanniques ». Elle annonce cependant vouloir « bâtir des ponts, là où d’autres érigent des murs ».

L’un des objectifs de la présidence du Conseil doit toutefois être aussi de parvenir à une politique européenne commune pour les demandeurs d’asile et les réfugiés, a réclamé l’élue écologiste. « Protection et responsabilité » doivent être à cet égard les maîtres mots.

Une présentation vidéo « vraiment cool »

Chaque jeudi jusqu’à la fin de l’année, de 10h00 à 15h00, l’Infomobile proposera son offre analogique et numérique d’informations sur les réunions et conférences interparlementaires de la présidence du Conseil de l’UE et sur le rôle du Bundestag dans les affaires européennes. Une vidéo « vraiment cool » – comme le dit la vice-présidente du Bundestag – sera projetée, et il y aura également un quiz, et une glace pour ceux qui répondront correctement aux questions. Outre les experts de l’administration du Bundestag, on peut également supposer que l’un ou l’autre député du Bundestag spécialiste des questions européennes se prêtera au jeu des questions et réponses à l’Infomobile lors des semaines de séance.

Une glace offerte à tout le monde

Gunther Krichbaum (CDU), président de la commission des affaires de l’Union européenne, ce qui en fait en quelque sorte le « premier » spécialiste des questions européennes au Bundestag, était présent à la cérémonie d’inauguration. À la fin de son discours, Mme Roth l’a invité à prendre le micro et à se soumettre aux questions du quiz. M. Krichbaum aurait vraiment mérité sa glace : il a répondu sans une hésitation à toutes les questions. Il n’ignorait pas que l’île d’Heligoland ne se trouve pas en Méditerranée, que la personne qui préside la Commission européenne ne s’appelle pas Trump, Spahn ou Merkel, mais Ursula von der Leyen, et que le drapeau européen compte 12 étoiles, et non 16 ou 27. Seul un appel en provenance de son bureau, qui lui a rappelé son rendez-vous avec l’ambassadeur du Japon, l’a empêché de déguster sa glace. Les réserves se sont toutefois vite épuisées : à l’occasion de cette journée, une glace était offerte à toutes les personnes présentes. (hau/ 01/07/2020)